Thèse soutenue en 2020 : Manuela Mohr (littérature française)

Tribune artistique et littéraire du Midi, juillet 1867

Le fantastique et la psyché : entre les formes populaires et savantes

 

Projet de publication

            La thèse Le fantastique à la frontière des cultures : formes populaires et élaboration des sciences de la vie psychique dans la littérature fantastique du Second Empire (soutenue par Manuela Mohr en décembre 2020), paraîtra prochainement aux Presses universitaires Saint-Étienne dans la collection « Le XIXe siècle en représentation(s) », dirigée par Jean-Marie Roulin. Le but de cet ouvrage est d’explorer la littérature fantastique des années 1850-1860, d’analyser les expressions et les fonctionnements du dialogue des cultures, et de s’intéresser à la fois aux textes connus et peu connus. Il proposera une perspective pluridisciplinaire, considérant le fantastique comme outil de pensée et comme laboratoire fictionnel où s’élaborent les sciences du psychisme.

Plumes célèbres et écrivains oubliés

En s’inscrivant pleinement dans les nouvelles orientations de la recherche, ce travail fait dialoguer auteurs majeurs et mineurs. L’objectif est de parvenir à une nouvelle cartographie du fantastique. La disproportion entre les auteurs éminents abondamment étudiés et le grand nombre de minores ou d’écrivains attendant leur redécouverte ne s’explique pas entièrement par la qualité des œuvres. La mise en parallèle d’auteurs connus et peu connus fait émerger un champ de réflexion plus vaste. Elle peut amener à des découvertes décisives qui mettent en avant l’importance de ces auteurs mineurs pour explorer l’évolution de la littérature fantastique et son traitement des cultures savantes et populaires.

Un texte oublié : « La Tigresse » de M. Rozan

Texte consultable sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57747913/f177.item (identifiant : ark:/12148/bpt6k57747913).

Ce texte semble avoir paru pour la première fois dans la Tribune artistique et littéraire du Midi en juillet 1867. Actuellement, cette revue mensuelle est encore très incomplètement numérisée. L’importance épistémologique et méthodologique de la numérisation des corpus est évidente pour ce travail de recherche. La nouvelle matérialité, c’est-à-dire le changement de format dû à la numérisation, d’une large part des œuvres fantastiques, a eu un impact sur les résultats obtenus et a modifié leur signification. Les nouveaux modes d’accès aux textes ont impliqué de nouvelles manières de découvrir les spécificités de la littérature fantastique du Second Empire, montrant que les outils de lecture et les méthodes d’exploitation des textes ont sensiblement modifié les approches des savoirs et des connaissances réinvestis d’une part, et proposés sous forme de fiction d’autre part. Les fonctionnalités du numérique ont de ce fait contribué à façonner une manière particulière d’aborder le sujet de recherche. Néanmoins, les possibilités offertes par les humanités numériques ont justement démontré les limites de leur application dans le cadre de cette thèse. Certains auteurs mineurs ne sont pas ou mal numérisés, ou le texte numérisé ne propose aucune fonction de traitement ou de recherche. La réduction de la littérature au texte gomme certains aspects matériels pourtant porteurs de sens et ne permet pas de saisir la dynamique des phénomènes évolutifs ou implicites. L’appropriation et la mise en dialogue des discours et pratiques savants et populaires dans les œuvres fantastiques exigent de se confronter aux détails des textes afin d’étudier des ensembles signifiants. Ce travail a été effectué pour « La Tigresse ».

La Tribune est une revue d’apparence sobre et soignée, signe de son orientation savante. Elle propose des comptes-rendus dans un langage soutenu, des articles historiographiques et des bibliographies. Le récit s’y insère par les réflexions savantes sur la psyché ébranlée qui jouent un rôle structurant et révélateur dans l’œuvre. Mais il comporte aussi des allusions au folklore dont l’interaction avec le discours médical interroge les possibilités des cultures à engendrer des connaissances nouvelles. Les thèmes de l’almanach apparaissent dans le fantastique, mais ce qui lui appartient en propre est l’usage qu’il en fait : il valorise les savoirs extraits de leur contexte et en fait une facette de l’élaboration de modèles de la psyché. Dans « La Tigresse », la foire, événement populaire annoncé par les almanachs, le tournant de l’intrigue qui pose une question ontologique. Le personnage de Linfernet conte à son ami, le narrateur, comment il est entré en possession d’une peau de tigre. Au moment où l’animal s’apprêtait à se jeter sur une jeune femme, Linfernet l’a poignardé et gardé sa peau comme trophée. Il emploie des termes spécialisés comme « houka » et « kriss malais » qui ne sont pas expliqués ; la revue affiche son statut savant et montre qu’elle s’adresse à un lectorat sélectionné, et crée un monde empreint de merveilleux à travers ces termes exotiques. Linfernet peint aussi les mœurs des pays qu’il a visités, mais le dépaysement garde les liens avec l’actualité du discours savant européen :

” [U]n noir tout nu, l’écume à la bouche, les membres luisants “d’huile, un kriss à la main, se précipite en    frappant avec rage à travers la foule effarée. Le fanatique venait droit sur nous. […]

– Et cela arrive souvent à Java ?
– Assez souvent, quand ils boivent d’une certaine liqueur.”

L’influence de la boisson alcoolique sur la santé mentale relève du discours aliéniste. Sous l’apparence d’une anecdote divertissante, Linfernet propose une pensée originale du dérangement mental dont les symptômes ressemblent à ceux de la rage. Avant les vaccins mis au point par Pasteur, mais lorsque d’autres savants comme Jenner ont déjà proposé des travaux à ce sujet, la rage suscite la peur parce qu’elle est incurable et fatale. Le récit met en rapport deux enjeux du discours médical contemporain pour rendre compte d’une scène angoissante vécue par le protagoniste. Cet épisode était le déclencheur des événements qui conduisent à sa mort. Cependant, il laisse aussi entrevoir la persistance de stéréotypes coloniaux, relayés par la presse. Une matrice efficace se cristallise dans les œuvres fantastiques qui reprennent toujours les mêmes images convenues. Elles n’inventent pas seulement des visions nouvelles de l’homme, elles recyclent aussi des croyances racistes liées aux cultures populaires et savantes.

La peau de tigre se teinte de fantastique :

“Le jour baissait, la chambre entière était plongée dans la pénombre. Mais (était-ce un effet b[i]zarre de la lumière ou bien un jeu de mon imagination?) la main de Linfernet en passant sur la fourrure, sembla y faire courir un frisson magnétique, les babines se froncèrent, et dans l’ombre les yeux d’émail s’éclairèrent d’une fauve lueur. – On la dirait vivante, ma foi !”

Lorsque cet objet d’un ailleurs exotique paraît s’animer, le bruit de la foire Saint-Lazare sur la Plaine Saint-Michel fait irruption. L’animation, composée de la référence magnétique et de l’allusion à l’électricité qui conjuguent l’activité psychique, les croyances et le discours médical, se situe au carrefour des discours savants et populaires et comporte une dimension psychologique que la foire permet d’explorer.

Curieux d’en savoir plus ? La publication de cette thèse aux Presses universitaires de Saint-Étienne pourrait vous intéresser !

 

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search