Florence Thérond, présentation HDR (soutenue le 9 janvier 2021)

« Imaginaires contemporains, imaginaires du contemporain

Habiter le présent : la littérature aux tournants de deux siècles (1880-2020) »

 

Habilitation à diriger des recherches en littérature générale et comparée

Unité de recherche « Fabrique du littéraire » (Fablitt),

Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis

Le dossier d’HDR se compose de trois volumes : un volume de synthèse retraçant le parcours académique et scientifique (96 pages), un recueil des publications de 486 pages organisé en trois tomes (Tome 1 : « Les littératures d’Europe centrale et du nord. Habiter le présent à la fin du XIXe siècle », tome 2 : « Dans les plis de notre présent. Motifs, thèmes et formes de l’imaginaire contemporain », tome 3 : « La littérature hors-le-livre ») et un ouvrage inédit de 137 pages intitulé « Défier la langue – Des femmes en dialogue avec le siècle (Elfriede Jelinek, Noémi Lefebvre, Olivia Rosenthal, Lucie Taïeb) ».

 

La soutenance a eu lieu le 9 janvier 2021 devant un jury composé de :

Lionel Ruffel, Professeur de littérature générale et comparée, Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis (garant)

Gilles Bonnet, Professeur de littérature française, Université Jean-Moulin- Lyon 3

Florence Godeau, Professeur de littérature générale et comparée, Université Jean-Moulin-Lyon 3

Isabelle Krzywkowski, Professeur de littérature générale et comparée, Université Grenoble-Alpes

Marie-Ève Thérenty, Professeur de littérature française, Université Paul-Valéry-Montpellier 3.

 

Le dossier présenté, fidèle à l’esprit du laboratoire RIRRA21, interroge la littérature dans son contexte historique, politique, médiatique et sociologique et s’intéresse aux phénomènes d’hybridation entre la littérature et les arts, dans une approche globale du fait littéraire remettant en cause les hiérarchies de type centre/périphérie.

Mes travaux, depuis le milieu des années 90, ont eu pour objectif d’étudier comment la littérature européenne s’est saisie du contemporain, à deux moments de son histoire, aux deux tournants du XXe siècle ou aux deux fins de siècle (fin du XIXe et fin du XXe siècles) et quel imaginaire en a découlé.

1/ Mon mémoire de synthèse, intitulé « Imaginaires contemporains-imaginaires du contemporain – Habiter le présent : la littérature aux tournants de deux siècles (1880-2020) », part du rejet de l’hypothèse esthétique considérant le contemporain comme un nouveau moderne et privilégie, à la suite des travaux de Lionel Ruffel, une approche transhistorique du contemporain. Celui-ci en effet est conceptualisable à d’autres époques que la nôtre. Le contemporain pose la question fondamentale du rapport du sujet à son temps, la façon dont celui-ci accompagne son époque et l’habite.

Il y a en fait plusieurs formes de contemporanéités au sein même du contemporain. Pour le philosophe allemand Levin Ludwig Schücking le Zeitgeist est un concept pluriel.  Ceux qui parlent d’ « esprit du temps » ne considèrent en effet que la classe dominante. Au contraire Schücking remarque, au début du XXe siècle, que le goût est divers et qu’il y a une « série d’esprits du temps ». Lionel Ruffel emploie le terme de « brouhaha » pour caractériser cette hétérogénéité, ce foisonnement des subjectivités, mais surtout cette « dynamique de décentrement, de débordement, de décadrage instituant un nouvel imaginaire » dans la culture du début de notre XXIe siècle. Cette pensée du multiple et de l’hétérogène est aussi celle de Georg Simmel, dont la démarche éclaire, par bien des aspects, la réalité sociale qui est la nôtre. Penseur attentif à son époque, le Berlin de la fin du XIXe siècle, il n’a eu de cesse, dans une démarche agile qui aborde le réel selon divers points de vue, de proposer une philosophie de l’immanence susceptible d’intéresser tout un chacun. Penseur de la complexité, des transformations rapides du tissu social, de la culture comme mise en dialogue de différentes conceptions du monde, il bouscule les conformismes et invite à réinterroger les clivages catégoriels et disciplinaires. Par bien des aspects, son œuvre est une source inépuisable d’inspiration pour le chercheur comparatiste. Il constate la désorientation profonde du monde.  Mais son œuvre témoigne aussi de l’espoir existentiel placé dans l’art. Et cela aussi peut être une boussole dans nos errances contemporaines.

On pourra voir, dans cette « ego-histoire », la linéarité d’une histoire, reconstruite dans un récit se déroulant selon la flèche du temps, un temps conçu comme une suite de moments de vie. Mais parce qu’un ego ne se laisse pas facilement enfermer dans une « histoire » et que la linéarité n’est pas ce qui caractérise le mieux son déploiement et sa progression, j’ai tenté d’y faire apparaître non seulement les pas de côté, les retours en arrière ou les hésitations, mais aussi un mouvement de la pensée dans le sens de la profondeur que l’on trouve chez Simmel. Son oeuvre en effet est difficile à périodiser, parce qu’il procède par récurrences de thèmes, ajouts, retouches, accroissements, selon le principe de la spirale. J’ai tenté de faire apparaître ma façon de pratiquer la recherche qui s’apparente un peu à cette « représentation palimpseste ou feuilletée du temps » dont parle Lionel Ruffel à propos du contemporain, à une progression de type spiralaire aussi, selon le principe de la reprise et de la complexification progressive. Mon travail sur le contemporain ne se substitue pas à celui mené précédemment sur la modernité fin-de-siècle, il se superpose à lui comme dans un palimpseste, il lui est profondément relié. Les auteurs de la fin du XIXe siècle sont les fidèles compagnons de ma réflexion actuelle. Depuis leur contemporain, ils m’aident, ils nous aident, à habiter notre présent.

Ma méthodologie s’apparente à une herméneutique des images, des mythes et des archétypes à l’œuvre dans l’imaginaire d’une œuvre, d’une culture, d’une époque. Dans ma thèse notamment, j’ai fait l’hypothèse que la présence obsessionnelle de la figure de la comédienne dans la culture fin-de-siècle, inséparable d’une curiosité angoissée à l’égard du féminin, avait la même portée étiologique que celle attribuée traditionnellement au mythe et que l’analyse de celui-ci pouvait offrir une clef particulièrement efficace pour comprendre cette période complexe. La vague structuraliste a longtemps relégué le concept d’imaginaire au second plan, mais il fait retour aujourd’hui dans la pensée des sciences humaines (notamment dans les travaux de l’équipe ISA – Imaginaire et socio-anthropologie- dirigée à Grenoble par Isabelle Krzywkowski ou dans ceux de l’équipe FIGURA de l’UQAM). Je suis convaincue que l’imaginaire n’est pas seulement un ensemble d’images, mais qu’il est surtout, au moment où se réaffirme la dimension politique de la littérature, un mode d’appréhension, d’interprétation et de réinvention du monde et, selon l’expression de Jean-Christophe Bailly, « la possibilité maintenue d’un saut de côté », de redessiner un nouvel horizon de l’esprit pour notre société.

Mon intérêt actuel pour les littératures de l’extrême contemporain s’inscrit dans cette dynamique, mais il puise aussi ses racines dans l’imaginaire foisonnant du tournant du XIXe siècle parce que cette période de l’histoire littéraire est le lieu incontournable d’une archéologie des motifs, thèmes et formes de l’imaginaire contemporain. Dans cette époque de transition semblent déjà se jouer la pluralité et les tâtonnements de notre propre tournant du siècle, le fantasme de finitude et le schème de crise qu’il impose. La tension entre tradition et modernité, entre décadence et avant-garde, entre fin du livre et réinvention de la littérature se manifeste à nouveau aujourd’hui avec l’extension des domaines du livre et de l’écriture dans le contexte du numérique et de l’internet. La fin de siècle a vu naître, dans le domaine de la bibliophilie, une pensée visuelle qui aujourd’hui a pris un essor considérable ; au tournant du siècle, creuset des avant-gardes, s’invente aussi avec Ibsen, Strindberg, Tchékhov, O’Neill le nouveau paradigme de la forme dramatique qui se perpétue jusque dans les dramaturgies contemporaines.  Loin de souscrire aux idées de décadence, j’ai voulu, au fil des travaux réalisés durant la première partie de ma carrière, en utilisant aussi des concepts et des outils hérités de la philosophie et de la sociologie, esquisser les contours, toujours en mouvement et en tension, de cet imaginaire du tournant du siècle et le considérer comme un puissant vecteur de transformation et de renouvellement.

Dans notre contemporain, l’heure à la dissémination des textes sur internet, à leur circulation sur les réseaux. De nouvelles pratiques de lecture s’imposent, fragmentaires et segmentées, de nouveaux formats d’écriture qui privilégient la démultiplication des textes courts, le dispositif et le work in progress. Un certain nombre d’auteurs ou d’autrices explorent, dans ce contexte et sur ces nouveaux supports, depuis déjà plusieurs années, les frontières de la littérarité, dans un monde en bascule comme le dirait François Bon : virage vers l’oralité, remise en question de l’ordre sémantique par l’ordre graphique. Et c’est peut-être là un signe de vitalité de la littérature. Que se passe-t-il lorsqu’un ordre culturel stabilisé se défait ? Mes travaux sur l’imaginaire informatique et numérique s’articulent étroitement avec ceux déjà menés sur l’intime. Cette intimité contemporaine se trouve modelée et conditionnée par les outils informatiques. Comment faire de la littérature avec nos vies numériques ? J’ai montré que dans plusieurs romans contemporaines, Internet n’est pas seulement le cadre dans lequel évoluent les personnages et le moyen de construire un univers référentiel, il est la matière même de l’individu contemporain, flexible, à l’identité plurielle, architecte électronique de sa propre existence sur les réseaux sociaux, il est au fondement d’un modèle relationnel nouveau. Il est aussi un formidable accélérateur de fiction et travaille le tissu textuel lui-même, mêlant le flux du Web à la prose classique.

Par ailleurs, ces dernières années, mes travaux ont porté sur l’analyse des nouvelles pratiques d’écriture, plus proches de la performance ou de l’atelier et sur la question des nouvelles postures d’auteur induites par la révolution numérique, qui brouille et remet en cause les formes traditionnelles de reconnaissance sociale de l’écrivain. J’ai eu l’occasion, dans le cadre de mes séminaires ou des journées d’études, non seulement de défricher de nouveaux corpus (dans les blogs, sur Facebook, Twitter, Instagram, YouTube). Aujourd’hui l’écrivain expérimente d’autres procédures de celle de l’écriture, il est parfois aussi plasticien, comédien, sociologue. La littérature entre en relation avec d’autres arts qui, ainsi, se rejoignent. L’écrivain n’est plus une figure lointaine, il se professionnalise, il reprend sa place dans le débat public.

2/ Mon essai inédit, intitulé : « Défier la langue : des femmes en dialogue avec le siècle » propose de penser l’engagement littéraire contemporain depuis la langue, comme affrontement avec elle.

« Défier la langue », c’est ne pas se fier à elle (desfier en ancien français sous-entend méfiance). Mais c’est aussi la provoquer en duel, lutter avec elle. Ecrire, c’est se risquer avec la langue dans un espace imprévu. C’est la « réponse du poète à la provocation du monde », comme le disait Starobinski à propos de René Char.

J’ai choisi de m’intéresser à quatre autrices : l’Autrichienne Elfriede Jelinek, et les françaises Noémi Lefebvre, Olivia Rosenthal et Lucie Taïeb. Quatre femmes, deux générations différentes, l’Autriche et la France, la langue allemande et la langue française. Quatre femmes parce que la relation des femmes à la langue et l’écriture me paraît emblématiser cette quête, propre au poète, d’une langue à l’intérieur d’une langue toujours étrangère, celle du masculin, ce pas de côté que tente toujours l’écriture et ce mouvement d’appropriation et de désappropriation qu’elle est, dans sa tentative d’échapper à l’usure de la parole ou à son empoisonnement. Les mots ne nous appartiennent jamais tout à fait, ils peuvent parler pour nous, à notre place. Dans le langage, comme le dit Florent Coste, « nous ne sommes ni omnipotents, ni tout à fait impuissants » (Explore, éditions Questions Théoriques, 2017) et c’est dans cet interstice, que vient se loger ce travail d’une langue qui cherche une langue, propre à toute poïétique. Ces femmes n’écrivent pas au féminin, mais depuis le féminin, c’est-à-dire, selon Jelinek, depuis une absence. Elles ne cherchent pas à se situer dans leur écriture en tant que femmes, mais bien au contraire s’appliquent à déconstruire les frontières du genre. La langue est politique et la littérature est une affaire politique, parce que par le langage nous fabriquons du commun. C’est cette intervention politique du féminin dans la langue que j’ai voulu analyser dans le travail de ces autrices soucieuses d’interroger le monde, d’interpeller le lecteur, convaincues que c’est essentiellement à travers la langue que la pensée travaille à sa désaliénation.

Deux générations de femmes. Elfriede Jelinek, née en 1946, un monument de la littérature autrichienne, nobelisée en 2004, entretenant avec son propre pays une relation d’amour-haine, une autrice complexe, virtuose de l’expérimentation. Il y a, chez elle à la fois une méfiance viscérale envers les perversions possibles du discours, et une fascination pour son pouvoir de dévoilement, sa puissance comme arme de combat. Winterreise, concentré de l’œuvre de Jelinek, texte-carrefour revisitant le cycle éponyme des Lieder de Schubert ainsi que le recueil de poèmes de Wilhelm Müller, entrelace plus que jamais questionnements intimes liés à la biographie tourmentée de l’autrice et variations satiriques sur l’actualité et l’histoire autrichiennes.

J’ai donc proposé de confronter Winterreise avec les œuvres de trois autrices françaises, de ma génération, nées dans les années 60 et 70. Toutes les trois travaillent la langue française comme matière et la considère comme le lieu d’un questionnement sur l’identité dans son rapport au collectif et au monde. Mais chez elles aussi ce questionnement ne peut se penser sans une relation étrange et douloureuse à la langue allemande, mêlée de fascination et de répulsion, à cette langue qui s’est compromise. Noémi Lefebvre, germaniste, membre du comité de rédaction de la revue bilingue franco-allemande La Mer gelée, dans laquelle ont été publiés des textes inédits de Jelinek, inscrit au cœur de son roman, Poétique de l’emploi, la figure de Viktor Klemperer, ce philologue juif allemand qui essaya de décrypter comment la langue allemande s’est trouvée contaminée et reconfigurée par la propagande nazie. Lucie Taïeb, traductrice de Fredericke Mayröcker, Ernst Jandl ou Heidi Patacki, envisage la traduction comme engagement politique, dans le sens où l’entendent les membres du collectif La Mer gelée, c’est-à-dire « une manière de rompre avec le règne de l’équivalence généralisée », de « réintroduire de la distance, du non-équivalent, de l’inouï dans la langue dite maternelle », une manière de mettre en pratique les principes du comparatisme, qu’elle enseigne par ailleurs à l’université de Brest. Elle place aussi son roman Les échappées sous la figure tutélaire d’Ingeborg Bachmann elle qui écrivait : « Keine neue Welt ohne neue Sprache/ Pas de monde nouveau sans langage nouveau.

Au fil de l’inédit, les huit chants du Winterreise de Jelinek qui tentent de saisir les maux du monde moderne vont entrer progressivement en résonance avec le propos des trois autrices françaises. Comme le Winterreisede Jelinek, leurs romans disent tous la violence de notre monde, le fascisme ordinaire. A l’opposé du prêt à penser des médias, comme Jelinek, elles retissent les fils reliant le passé et le présent, entremêlent les temporalités, favorisent chez le lecteur une expérience de la complexité du monde. Quelque chose remonte du passé et vient contredire l’ordre prétendument logique des choses, une part d’inconnu qui va offrir aux personnages les conditions d’une échappée : la mise au jour des généalogies et des enfances, une action souterraine, celle de la reconquête de soi empruntant les voies tortueuses de la mémoire intime. Car la parole intime est le vrai noyau d’un monde à reconstruire. Les hommes et les femmes les plus ordinaires, la mère des Echappées, les bâtards d’Olivia Rosenthal (Eloge des bâtards), les laissés pour compte, l’écrivain chômeur de Poétique de l’emploi, le père destitué de Winterreise, la jeune Natascha Kampusch emmurée dans une cave, tous portent une vérité de notre monde, ils portent en eux l’extraordinaire, l’endotique dont parlait Pérec dans « Approche de quoi ? ». Ils paraissent « hors cadre », mais les bifurcations qu’ils introduisent dans le quotidien, questionnent le réel. L’écriture est ce qui retourne le réel, le déplace, pour déjouer les évidences.

Je trouve très éclairante l’image du crabe, forgée par Cécile Portier pour parler de son rapport au réel (ici) : recto la carapace est lisse, douce au toucher, sans aspérité. Notre réalité aussi semble adaptée, lisse. Mais lorsqu’on retourne le crabe, au verso le crabe n’est plus lisse du tout et paraît beaucoup plus vulnérable. Il faut, par l’écriture, rebattre les cartes, accepter de ne rien comprendre, de repenser les choses différemment, de remonter l’histoire à l’envers. C’est là qu’intervient l’effet désaliénant de la littérature. C’est l’élargissement que Marielle Macé appelle de ses vœux dans Nos cabanes : « pour imaginer des façons de vivre dans un monde abîmé, il faut avant tout recréer les conditions d’une perception élargie. C’est l’élargissement qu’il y a à habiter. C’est l’élargissement que l’on a à bâtir »

C’est cet élargissement que je veux continuer à habiter dans les années qui viennent, dans mon activité de recherche comme dans mon enseignement. Et cette voie du comparatisme, que j’ai choisie, permet justement cet « élargissement », le décloisonnement des disciplines, la remise en question des frontières séculaires. Pour Heidegger, dans sa fameuse conférence de Darmstadt en 1951, « Bauen, wohnen, denken ». Habiter (wohnen) signifie « vivre au plus près de soi », mais « avec et parmi les choses et les humains ». Non pas s’enfermer derrière des frontières, derrière des murailles, « entre nous ». Habiter renvoie à des dimensions à la fois intimes et sociales, c’est une expérience humaine multidimensionnelle : on habite le monde, des lieux mais aussi un corps et une langue. Cette expérience est interrogée par les transformations de l’époque contemporaine alors qu’un nouveau monde émerge.

Cet habiter, pour Heidegger, se joue dans une dialectique de la clôture et de l’ouverture. La littérature répare, veille et protège mais elle édifie aussi et construit le monde qui vient, dans un élan de vie. Habiter le présent c’est le bâtir en donnant la parole aux écrivains au lieu de se laisser envoûter, comme le dit Camille de Toledo, par les seuls discours des économistes et des politiciens. En acceptant le vertige, le vacillement, le trouble (voir Camille de Toledo : ici)

Elargir notre présent, c’est élargir la littérature, croiser le roman avec la forme lyrique, comme le fait Jelinek, croiser la fiction, l’autobiographie, le document, la réflexion méta-littéraire, hybrider, décentrer, par l’expérience de la traduction par exemple. « Entrer dans le foyer de la lettre et y faire son nid » (Camille de Toledo). Elargir la littérature c’est rompre avec nos manières habituelles de penser, de nommer, se laisser emporter sans s’inquiéter de ce qui n’est pas clair, expérimenter le texte, l’explorer, accepter le risque du contemporain.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search