Thèse in progress : Nicolas Bianchi (littérature française)

La Baïonnette, n°30, 26 janvier 1916

La lecture des récits de la Grande Guerre présente un paradoxe : l’importance qu’y tient le rire, comme objet thématique aussi bien que comme procédé, employé par les auteurs pour divertir leur lectorat. Bien étudié chez quelques écrivains, le phénomène paraissait demander une approche plus globale, jusqu’alors absente de la critique littéraire et historique. Car le rire est si présent chez les témoins qu’il était nécessaire de se demander – sans remettre en cause les fondements sérieux de ces textes (épiques, réalistes, naturalistes, etc.) – s’il ne s’était pas offert à certains d’entre eux comme un moyen politique, esthétique et éthique de répondre à la crise du langage et des représentations survenue avec la guerre moderne.

Mes premières années de travail m’ont permis d’analyser la sociologie, les thématiques et les ressorts du rire de 1914, en dégageant de ses différentes sources (journaux de tranchées, chansons, caricatures, revues aux armées…) les principales veines risibles publiques qui influencèrent les écrits testimoniaux : le comique troupier, l’humour héroïque, le rire esthète de fascination devant la guerre (Apollinaire, Cocteau…), etc. Cela afin de mener en parallèle une étude historique des rires privés à partir de sources variées (écrits intimes, littérature médicale, etc.) dégageant des logiques très différentes, plus difficilement accessibles mais tout aussi influentes sur le roman. Grâce à ces deux perspectives complémentaires et interdépendantes, j’ai ensuite travaillé à éclairer dans un corpus de récits étendu (une cinquantaine de romans publiés dans la presse ou en volume, quelques contes et recueils de nouvelles) la question des rires de guerre masculins, étudiés dans une perspective narratologique, stylistique et poétique (mise en tension du récit, incursions du picaresque, « discours autres » alimentant la gouaille soldatesque, etc.).

Mes derniers mois de rédaction doivent me permettre de mener à bien le dernier axe de ma thèse, portant sur les fonctions politiques de ces rires de guerre et leur évolution dans le temps, en explorant les archives de la censure ou encore les romans militaristes oubliés. J’aimerais par exemple déterminer si le rire permit une satire échappant à la censure, ou expliquer la croyance populaire du temps en un humour français typique, celui du loustic, du bon poilu débrouillard capable d’instiller du comique et de réincarner l’individu au cœur de l’horreur.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search