Thèse in progress : Violaine François (littérature française)

Paroles d’écrivain au XIXe siècle : des pratiques orales de circonstance à la performance

« Une séance aux Hydropathes », L’hydropathe, 2e année, n° 1, 15 janvier 1880.

Thèse sous la direction de Corinne Saminadayar-Perrin (UPVM3) et Pascal Durand (Université de Liège).

Bien avant les publications des préfaces événements et des œuvres novatrices, les révolutions littéraires ont éclaté dans l’atmosphère feutrée des salons ou dans le brouhaha des brasseries parisiennes. Dans les récits de la vie littéraire du XIXe siècle, les écrivains – connus ou non – se rencontrent souvent et animent des soirées desquelles nous serons à jamais exclus. Nous aurions pourtant voulu causer avec Charles Nodier, entendre lire Victor Hugo de la rue Notre-Dame-Des-Champs à l’Académie, assister aux conférences de Mallarmé et sentir le regard ironique de Baudelaire dans ses récitations sous les toits en soupente des garnis du Quartier latin. Comment mieux retrouver la vie littéraire du XIXe siècle et dessiner les contours de son histoire qu’en recherchant ces voix si nombreuses ?

Mes travaux de thèse visent à donner une place à ces voix dans le siècle dit de l’écrit. Les pratiques orales ne sont, la plupart du temps, mentionnées qu’à titre d’anecdotes dans le vaste récit de l’histoire littéraire du XIXe siècle. Elles forment autant de pastilles, de vignettes bonnes surtout à égayer le discours scientifique, à y ajouter du pittoresque. Face à ces constats, il semble que les pratiques orales littéraires au XIXe siècle sont considérées par la critique littéraire comme un épiphénomène qui n’aurait pesé d’aucun poids dans les trajectoires d’auteurs. Je cherche à remettre cela en question. Le but premier de cette thèse est d’une part de définir ce que sont les pratiques orales d’écrivain au XIXe siècle – lectures publiques ou semi-publiques, déclamations et récitations, conférences, discours, improvisations ou monologues de cabaret artistique – et d’autre part d’en questionner le rôle[1]. Cette interrogation m’invite à prendre en compte les phénomènes multiples de l’oralité littéraire à travers un angle esthétique, mais aussi sociologique et médiatique. Elle permet en outre de questionner les imaginaires liés à l’écrivain en représentation. Les pratiques orales de l’écrivain au XIXe siècle ne sont pas à proprement parler des performances telles que nous l’entendons au XXe et XXIe siècle. Il s’agit ainsi de cerner les spécificités de ces pratiques pour le XIXe siècle et de les analyser selon leur degré de spectacularité. Mon premier geste est donc de penser ces pratiques littéraires comme un phénomène scalaire – des pratiques de circonstance à la performance. Je propose de penser les pratiques orales d’écrivain dans l’économie générale du champ littéraire comme lieu d’élaboration d’un système auctorial. Ces pratiques se jouent des limites du littéraire en repensant ses lieux de déploiement, ses fonctions sociales et son pouvoir de façonnement d’une identité artistique. Elles mêlent, en somme, le parcours sociabilitaire à l’aventure esthétique et réinventent la figure de l’écrivain en même temps qu’elle la réaffirme comme spécialiste de la parole.

Mes premières années de thèse m’ont permis de constituer un fonds important de témoignages d’écrivains en performance, me permettant de classer les différents événements retenus selon leur part de spectacularité et ainsi d’aboutir à une définition de ce que j’appelle la performance au XIXe siècle. Ceci me permet de dessiner la première esquisse d’une petite histoire de la parole d’écrivain au XIXe siècle et de ses représentations. Mes derniers mois de thèse me permettront de fixer les enjeux de ces représentations de l’écrivain et de son auditoire tant dans l’élaboration d’une esthétique que d’une communication moderne de l’homme de lettres.

 

[1] De 1807, date de la publication du roman Corinne ou l’Italie de Germaine de Staël, aux enregistrements audio réalisés pour les Archives de la Parole en 1914 par Ferdinand Brunot.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search