Thèse soutenue en 2021 : Maïlys Girodon (esthétique)

Les traces laissées dans les corps et les paysages : de la pensée derridienne aux œuvres d’Ana Mendieta, Richard Long et Sophie Ristelhueber

Thèse soutenue le 30 septembre 2021

La réalisation de ma thèse a été rendue possible grâce à l’engagement de ma directrice de recherche, Marie Joqueviel-Bourjea, qui promeut au sein de l’Université les valeurs inhérentes à la création dont relève in fine la théorie. Né de réalisations artistiques, ce travail en est également nourri : les notions développées à l’écrit ont été influencées par les heures passées en atelier et inversement.

Cette thèse en Esthétique aborde la notion de « trace » via un regard transdisciplinaire qui est simultanément celui de l’artiste et de la doctorante. Après des études en Histoire de l’art et Archéologie puis aux Beaux-arts, j’avais à cœur de poursuivre ma recherche d’atelier qui, de manière intuitive et inconsciente, m’a amenée à révéler ou réaliser des traces sur divers supports. Afin de mieux comprendre ma production plastique, j’ai choisi d’étudier la notion de « trace » en suivant parallèlement la voie de la recherche théorique, en m’intéressant au travail de trois artistes contemporains majeurs : Ana Mendieta, Richard Long et Sophie Ristelhueber.

Cette réflexion sur la trace ne les compare ni ne les divise mais fait vivre leurs différentes approches artistiques et conceptuelles en mettant en regard leurs ressemblances et leurs dissemblances dans des analyses successives de cas qui créent le fil conducteur et la cohérence de la thèse. À travers l’écriture, la photographie, la vidéographie, la sculpture ou encore la performance, tous les artistes à l’étude œuvrent sur le territoire et son histoire à partir de paysages reflétant les traces laissées par l’action humaine. C’est ainsi que la mise en relation de ces références se réalise dans la création de la notion d’écogynie.

L’écogynie fait doublement trace : dans les corps et dans les paysages. Ce néologisme s’inscrit dans l’héritage de la philosophie de la déconstruction et des notions de différance et de trace que développe Jacques Derrida. L’écogynie renvoie à l’interdépendance et à la complémentarité du féminin et du masculin. Loin de toute uniformisation, elle pense/panse l’importance de se sentir d’abord issu(e) de la nature avant d’être un être de culture.

La thèse a été délibérément construite à partir de fragments, accumulant et compilant en les structurant progressivement différentes données recherchées ou découvertes. Cette progression par couches successives s’inscrit dans un plan en spirale. L’ensemble invite à mettre en relation les traces révélées par les œuvres des artistes du corpus avec la pensée derridienne afin d’aboutir à une réflexion sur l’écogynie. Cette démarche amène à se demander en quoi l’art en tant que processus ou résultat peut éclairer, voire mettre au jour, certains concepts philosophiques. C’est finalement en des allers-retours que les œuvres étudiées mettent en lumière des notions philosophiques, amènent à les comprendre et inversement : les gestes éclairent la pensée et la pensée éclaire les gestes de manière réciproque. Car c’est sans l’autorité habituelle de la théorie sur la pratique que s’est construite la réflexion. De ce fait, le travail plastique aide à comprendre la complexité dont le monde est constitué, notamment à travers le verbe.

La thèse commence par interroger les traces que la culture laisse dans les corps depuis l’organe d’élocution qu’est la gorge jusqu’au cœur des organes sexuels et reproducteurs. Ce développement me conduit à étudier le différentialisme intrinsèque ancré dans une corporéité donnée et instrumentalisée par les cultures. Le second chapitre introduit les sources de la notion d’écogynie qui guide le raisonnement à venir. Ce néologisme permet de se concentrer exclusivement sur les traces visibles et invisibles laissées dans les corps et les paysages. Les stigmates de l’androcentrisme sont notamment étudiés grâce à l’œuvre de Sophie Ristelhueber, qui conduit au chapitre trois engageant la seconde partie avec l’instauration de dialogues empathiques entre humains et non humains, afin de tenter de renverser les dynamiques humaines de destruction. Les manquements étudiés dans le quatrième chapitre n’apparaissent qu’après avoir compris leur nécessité vis-à-vis de forces plus grandes explorées tout au long de la thèse. Celles-ci sont examinées au dernier chapitre, qui présente l’être en mouvement dans un monde lui-même mouvant. L’ensemble des analyses inscrit cette recherche dans un temps qui a grand besoin de refonder des liens avec le non humain. Il s’agit par là de donner une voix à ceux qui ne l’ont pas, comme s’est entêtée à le faire Ana Mendieta.

L’enjeu de la thèse est d’éveiller la sensibilité de chacun. Elle amène particulièrement à comprendre en quoi le corps est le véhicule et le récepteur/transcripteur d’informations qu’il s’agit de communiquer de la manière la plus juste qui soit dans le monde. Si Derrida « choisit » les mots et leur forme écrite, les artistes du corpus rendent leur sensibilité visible grâce à la pratique et à l’image artistiques. Tous laissent trace dans un silence qui permet à chacun de se projeter dans l’œuvre selon la manière dont sa conscience est amenée à se porter dans le monde. Tous convergent vers une pensée de la trace où se découvrent des solutions pour concevoir l’à-venir de manière éthique, c’est-à-dire dans un respect partagé entre humains et non humains. Cette thèse propose de déclasser voire d’inverser bon nombre de conceptions admises pour envisager autrement les données construites millénairement.

Les œuvres de Jacques Derrida, Ana Mendieta, Richard Long et Sophie Ristelhueber offrent, en effet, une vision du milieu que nous habitons en nous permettant d’envisager un avenir commun pour toute vie coexistant sur la sphère Terre. La mise au jour de la notion d’écogynie donne un point de vue nouveau sur le corpus à l’étude, croisant des disciplines telles que les arts plastiques, la philosophie, la littérature, la poésie, la biologie… Si empirique soit-elle, cette recherche transdisciplinaire aspire ainsi à animer des modes de pensée rendant au monde l’émerveillement qui fait de l’humain un être à part, au même titre que tous les autres.

Entre théorie et pratique, la thèse invite à modifier les traces présentes et à venir. Elle met le monde sensible sur le devant de la scène académique et scientifique, avec pour objectif de donner à voir et penser sous l’angle de la sensation : elle valorise le véhicule-corps et la transcription de ses émotions dans l’espoir de préserver l’intelligence du cœur.

 

Composition du jury :

Mireille CALLE-GRÜBER, Professeure Émérite, Université Paris 3

Anne CREISSELS, Maîtresse de Conférences HDR, Université de Lille (rapporteure)

Sylvie COËLLIER, Professeure Émérite, Aix-Marseille Université

Stefan KRISTENSEN, Professeur, Université de Strasbourg (rapporteur)

Marie JOQUEVIEL-BOURJEA, Professeure, Université Paul-Valéry Montpellier 3

(directrice de thèse)

 

SOMMAIRE

Introduction………………………………………………………………………………….15

Partie 1 – LES TRACES DANS LES CORPS ET LES PAYSAGES

Chapitre I – La pensée derridienne…………………………………………………………39

  1. De la déconstruction…………………………………………………………………..42
  2. Différentialisme intrinsèque…………………………………………………………..75
  3. Se défaire de la culture………………………………………………………………113

Chapitre II – Les sources de l’écogynie…………………………………………………..147

  1. La notion d’écogynie………………………………………………………………..150
  2. Doctrine d’autodestruction…………………………………………………………..183

Partie 2 – L’ÉCOGYNIE : UN REGARD SUR LE VIVANT

Chapitre III – Dialogues empathiques……………………………………………………225

  1. Interdépendance et complémentarité…………………………………………………228
  2. Entre horizontalité et verticalité……………………………………………………..274

Chapitre IV – Manquement………………………………………………………………317

  1. De la désobéissance…………………………………………………………………319
  2. Géographies sensitives………………………………………………………………350

Chapitre V – L’être en mouvement………………………………………………………383

  1. De l’accueil………………………………………………………………………….385
  2. Un caractère sacré…………………………………………………………………..417

Conclusion…………………………………………………………………………………..469

Bibliographie et audiographie……………………………………………………………..481

Table des illustrations………………………………………………………………………507

Table des matières………………………………………………………………………….521


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search