Thèse soutenue en 2021 : Nicolas Bianchi (littérature française)

La Baïonnette, n°30, 26 janvier 1916

Les « Gaîtés » de la tranchée. Poétique historique du rire romanesque de la Grande Guerre (1914-1939)

Thèse sous la direction de Marie-Eve Thérenty (UPVM3) et Pierre Schoentjes (Université de Gand)

Soutenue le 8 décembre 2021 à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3

Composition du jury

  • Mme Annette BECKER, Professeure émérite, Université Paris Nanterre
  • M. Jean-Louis JEANNELLE, Professeur, Sorbonne Université, président du jury
  • M. Denis PERNOT, Professeur, Université Sorbonne Paris Nord, rapporteur
  • M. Pierre SCHOENTJES, Professeur, Université de Gand (Belgique), codirecteur de thèse
  • Mme Marie-Ève THÉRENTY, Professeure, Université Paul-Valéry Montpellier 3, directrice de thèse
  • Mme Carine TRÉVISAN, Professeure, Université de Paris, rapporteure

 

Résumé de la thèse

La lecture des corpus combattants de la Grande Guerre réserve une surprise de taille : la place considérable qu’y tient le rire, sous toutes ses formes ; motif de l’hilarité soldatesque, saynètes comiques et portraits cocasses, personnages de loustics et de bouffons, interférences discursives plaisantes (boutades, histoires drôles, reparties) et dispositifs tonaux ou énonciatifs (fausses naïvetés, burlesque, grotesque). Paradoxal de prime abord, le constat paraît prendre sens à l’aune d’une poétique historique confrontant le récit fictionnel à l’ensemble des « discours sociaux » de l’époque : presse, arts, poésie, lettres, témoignage ou artisanat. Car si cette approche permet, en matière d’usage du rire, d’éclairer les spécificités esthétiques du roman et de la nouvelle dans la textualisation des expériences combattantes (« configuration » et mise en intrigue de récits que leur déficit fictionnel et la caducité du personnel épique semblait condamner à un ennuyeux ressassement), elle éclaire également l’ampleur des enjeux que ces genres partagent à cet égard avec d’autres discours et supports. Ces enjeux sont tout à la fois éthiques (restitution testimoniale des rires du front – qui appelaient une histoire sensible du phénomène), politiques (déréalisation et esthétisation de la violence, alimentation du bourrage de crâne, construction d’un mythe du « gai poilu », etc.) et socio-économiques (perpétuation des sociabilités et des industries du rire Belle Époque, influence de la veine troupière et de l’expérience de la caserne dans l’appréhension puis la représentation du vécu guerrier, etc.). En appréhendant à l’aune de ces questionnements et sur le temps long (1900-1939) un corpus d’une soixantaine de récits fictionnels d’auteurs variés (Céline, Cendrars, Giono, Delteil, Giraudoux, Dorgelès, Barbusse, Mac Orlan, etc.), mis en regard avec d’autres productions écrites (articles de presse, correspondances, témoignages, chansons, écriteaux du front, etc.) par le biais de l’analyse du discours, de la génétique et de la stylistique, ce travail vise à montrer comment les écrivains-combattants jouèrent de ces rires de guerre pour sémantiser et politiser leur vécu guerrier, en opérant un travail permanent de familiarisation et de « défamiliarisation » du lecteur avec leur expérience martiale. Partiellement idiosyncrasique, cette dernière s’inscrivit très largement, à partir de 1929, dans un « métarécit tragique » où le rire n’avait plus guère de place majeure et qui conditionne aujourd’hui encore notre perception du conflit. Il reste qu’avant cette date, l’expérience combattante avait massivement alimenté de ses rires la grande croyance dans le Progrès humain, ce métarécit humaniste de la Modernité que la « culture de guerre » avait accaparé et remanié dans une veine nationaliste : l’un des enjeux de cette thèse consistait à montrer qu’elle s’incarna dans une veine « épicomique » cruciale mais encore mal connue, qui parvint paradoxalement à faire renaître l’épique à partir des outils du risible. Ce dernier put par ailleurs prendre forme dans un certain nombre d’expérimentations romanesques au sein desquelles le genre trouva la voie de son rire propre. Ces constats expliquent l’importance des rires du corpus avant le tournant pacifiste des années 1920, mais aussi l’éviction qu’ils connurent par la suite, ainsi que la faiblesse, sur l’ensemble de la période, des rires contre la guerre, qu’un certain nombre de contraintes construites par le champ (consentement des intellectuels, [auto]censure, pressions éditoriales, etc.) tendit d’ailleurs à conforter.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search