Thèse soutenue en 2021 : Alain Roger (esthétique)

L’intranquillité : figures et théorie, pour une définition de l’intranquillité dans le champ de l’esthétique

Sous la direction de Marie Bourjea, professeure de littérature française

Thèse soutenue le 14 juin 2021

 

Invité à témoigner de mon expérience de doctorant, je commencerais en évoquant l’entrée dans la thèse, marquée par une double rencontre, avec ma question et avec l’interlocuteur ou l’interlocutrice qui l’a reconnue en tant que question. « Reconnaître » peut s’entendre dans sa stricte étymologie : une naissance commune ouvrant un espace dialogique qui se propose d’accueillir les états successifs de la réflexion et de sa mise en mots, mais aussi de la question, plusieurs fois retournée. À nouveau, je remercie vivement Marie Bourjea d’avoir accepté d’ouvrir un tel espace au regard de la question que je lui ai proposée.

Rencontrer sa question

Où rencontrer des questions ? En de nombreux contextes sans doute : dans le paragraphe d’un livre, lors d’un échange avec un professeur ou avec un pair, au terme d’une expérience s’étant conclue par une incompréhension, voire une illumination, etc.

J’ai rencontré ma question dans un musée à Bruges, face à un panneau peint du XVe siècle. L’événement s’est produit selon des circonstances imprévues mais attendues car je crois que nous ne rencontrons des questions que si nous en manifestons l’intention. Il faut s’y être préparé. À ce propos, je parlerais presque d’un kaïros de la question. Le parcours en Master m’a d’ailleurs grandement aidé dans cette préparation.

Dans le même ordre d’idée, la question me semble posséder sa généalogie, laquelle peut n’apparaître qu’après coup. Elle naît d’autres questions qui se voient reconfigurées par l’événement – celles de l’atelier et de la mélancolie dans mon cas, sujets d’un précédent mémoire.

Ma question a été : « que désigne au juste ce mot d’”intranquillité”, venu spontanément qualifier un détail figurant sur le panneau ? » Une première recherche a rapidement fait apparaître deux traits attachés à ce néologisme : sa fortune critique d’une part et son emploi princeps d’autre part, au sein de ce qu’Arthur Danto a appelé le « Monde de l’art ». Deux traits qui pouvaient expliquer a posteriori que le mot se soit imposé si spontanément dans le contexte de la rencontre.

Le premier trait tient probablement à la simplicité de la morphologie du terme, antonyme d’un sentiment ou d’un état intérieur dont l’expérience est largement partagée. L’antonyme d’une évidence, ou présumée telle, est cependant loin de constituer une seconde évidence.

Le second trait a largement déterminé la méthode de recherche, parente de la faculté de juger réfléchissante, selon E. Kant, c’est à dire reposant sur une approche inductive, par la mise en rapport d’un divers empirique, et visant à une montée en généralité des traits qualifiant à chaque occurrence l’objet désigné sous le terme d’« intranquillité ».

Les emplois du terme retenus par la recherche concernaient la poésie (Fernando Pessoa alias Bernardo Soares, Henri Michaux, Jean-Claude Pinson) et les arts plastiques (Tatiana Trouvé et, en qualité d’intercesseur de la question, le panneau de Bruges, attribué au Maître au feuillage doré). Certains de ces emplois étaient explicitement revendiqués : tel est le cas pour B. Soares, H. Michaux et T. Trouvé. Chez Jean-Claude Pinson, il est suggéré par l’apparition dans ses livres d’un personnage récurrent nommé Psoa et théoriquement argumenté par la proposition poéthique. Dans le cas du panneau, il s’agit en quelque sorte d’une convocation irréfléchie du sens obvie, ou faussement obvie, d’un terme déjà admis, oublieux de son caractère néologique. Mais c’est bien grâce à cette convocation que sont apparues la question et la nécessité d’engager une recherche.

Se doter d’une méthode accordée à la question

Le champ ouvert par la question s’avérait d’emblée hétérogène et difficile à circonscrire, échappant à toute saisie de surplomb. La méthode devait, par contraste avec l’usage du corpus, partir des situations dans lesquelles le terme est convoqué pour opérer des rapprochements et esquisser progressivement un contour venant cerner l’« intranquillité ».

Afin de poser la question définitoire, en mettant le sens obvie entre parenthèses, la méthode a consisté à aborder les œuvres ayant suscité son usage selon ce que Renaud Barbaras nomme un « mouvement intentionnel ». En avançant vers les œuvres doté de la question, celles-ci se sont manifestées comme « figures », c’est à dire apparaissant selon une tournure, une orientation, que l’analyse a appréhendée et consolidée en tant que dimension. Nous pourrions dire que, se tournant au regard de la question, les œuvres se sont faites figures.

Se tournant, elles ont désigné des fuyantes que la réflexion s’est attachée à prolonger vers des horizons. Le premier de ces horizons a été celui de la relation chiasmatique entre la profusion sensible tirée de l’extérieur et les élans intérieurs. Le second fut celui de l’expérience esthétique, au sens qu’en donne Jean-Marie Schaeffer. Le troisième fut celui de la poéthique et le dernier s’est révélé celui d’une praxis consacrant l’intranquillité comme expérience d’un seuil. Grâce notamment aux ressources de la phénoménologie et des réflexions portant sur l’expérience poïétique et esthétique, l’étude des convergences ainsi pointées a progressivement fait apparaître un commun, saisi, ressaisi, figure après figure.

Sans développer ici les étapes de la recherche, ni faire état d’un résultat qui ne peut être livré qu’accompagné du raisonnement l’ayant produit (en cela, reconnaissons-le, il reste encore fragile), nous pouvons cependant conclure par le constat d’une question toujours vive, certes davantage dépliée, donc éclairée en certaines de ses parties, mais qui conserve des zones demeurées dans l’ombre. S’est vue éclairée la relation entre l’œuvre intranquille et l’existence, par le truchement du travail d’élaboration que la première suscite chez le spectateur. Ce que nous avons appelé « opus » désigne l’objet qui s’élabore dans le cadre de la perception, différent de l’œuvre l’ayant suscité, qui engage un faire solidaire d’une réception de ce faire, « l’œuvre des œuvres » pour reprendre l’expression de N. Goodman, tirée de L’art en théorie et en action.

Cette part active, processuelle, sollicite les ressources sensibles, imaginaires et esthétiques du spectateur. Celui-ci se voit en quelque sorte mis au travail par l’œuvre, en raison d’un écart perçu entre la position qu’il occupait avant de la rencontrer et l’éventail de positions qui se dévoilent en aval. L’« intranquillité » nous semble pointer ce battement existentiel grâce auquel se découvre une modalité éthopoïétique d’accès à soi, dont les enjeux éthiques, esthétiques et pratiques trouvent leur origine dans des processus de formation de l’œuvre d’art, parmi lesquels le contrepoint et l’assemblage tiennent une place éminente.

Soutenir et prolonger la thèse

M’est ainsi apparue, au moment de préparer la soutenance, une résonance entre la méthode et le résultat produit. Se penchant sur l’intranquillité, la thèse s’est affirmée elle-même intranquille, gardant la trace des élans tendus pour saisir les figures et des resserrement sur la question.

Ressentir la sensation harmonieuse entre entendement et imagination, évoquée par E. Kant comme pierre de touche du jugement esthétique, a constitué l’ultime joie du travail de recherche, qui  n’en a pas manqué puisque conduit dans la compagnie d’artistes et de penseurs soucieux du sens que les œuvres peuvent prendre pour enrichir notre séjour terrestre.

Mais cette joie augure aussi d’autres mises en lien et d’autres horizons vers lesquels se mettre en mouvement, éclairant la synonymie revendiquée par Jean-Christophe Bailly entre la recherche et l’art, dès lors qu’ils mettent en jeu un processus sans fin de dévoilement de questions redécoupées, retournées, mobilisant l’attention et la faculté de rapprocher le divers, l’hétérogène, la règle et l’exception. Et ainsi demeurer fidèle à sa question.

 

Composition du jury :

Mme Marie JOQUEVIEL-BOURJEA, Professeure, Université Paul-Valéry Montpellier 3

M. Jacinto LAGEIRA, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Mme Patricia LIMIDO, Professeure, Université de Paris – Paris-Diderot

M. Jean-Claude PINSON, Expert

M. Patrick QUILLIER, Professeur, Université Côte d’Azur – Nice

 

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search