Recension : Jeanne Gacon Dufour, La Femme grenadier (édition d’Olivier Ritz, 2022), par Corinne Saminadayar-Perrin

Jeanne Gacon Dufour, La Femme grenadier, édition d’Olivier Ritz, Montreuil, Le Temps des Cerises, 2022.

https://www.letempsdescerises.net

Voici un petit roman énergique, combattif, percutant. Rien ne prédisposait la jeune Hortense à s’engager dans les armées révolutionnaires, sous un habit et un nom masculins. Fille du riche et puissant marquis de Chabry, destinée à prendre le voile dans l’abbaye où elle a passé toute son enfance, la jeune fille se trouve tout à coup chassée de cet asile (ou de cette prison ?) par la suppression des couvents en 1792. Élevée pour une vie de fastueuse oisiveté, ignorante de tout, poursuivie comme fille d’un aristocrate émigré, Hortense doit sauver sa famille et se construire une vie nouvelle : l’héroïne s’émancipe par la conquête de son autonomie sentimentale, économique et sociale[1], au moment même où la Révolution fait de la liberté et de l’égalité les principes fondateurs de la République. « De l’audace, toujours de l’audace… » : Hortense s’engage aux côtés de son amant dans les armées de l’an II, à la recherche de son frère blessé sous le drapeau tricolore ; elle combat vaillamment en Vendée, avant de réunir sa famille et ses amis dans le « hameau du bonheur » où chacun, comme et mieux qu’à Clarens, trouve son plein épanouissement intime dans la fraternité des cœurs.

Histoire révolutionnaire, dans tous les sens du terme : la trajectoire d’Hortense bouscule les partages genrés, questionne le rapport entre libertés publiques et émancipation individuelle, interroge les possibilités de refondation du lien social – au sein de la famille, des sociabilités restreintes que forment les « sections » parisiennes ou les villages à la campagne, mais aussi d’une collectivité nationale redéfinie par la République.

Publié en 1801, le petit roman de Jeanne Gacon-Dufour paraît quelques mois avant Atala, récit-pilote du Génie du christianisme programmé pour l’année suivante. Premier consul et bientôt empereur, Napoléon incite, au nom de la concorde et de la réconciliation, à oublier les luttes et maints acquis de la Révolution ; le Concordat puis le Code civil entérineront peu après cette politique réactionnaire – inscrivant notamment dans l’arsenal législatif l’inégalité entre les hommes et les femmes. Dans un tel contexte, Le Femme grenadier est une œuvre de résistance : le roman est une défense et illustration des libertés ouvertes par la Révolution.

Alors même que l’essentiel de l’intrigue se déroule en 1793-1794, l’auteure n’emploie jamais le terme de « Terreur », portant déjà consacré pour désigner ce moment de crise historique. Si le récit évoque le climat de suspicion et de peur que font régner à Paris les contrôles policiers, les visites domiciliaires, la vigilance paranoïaque des sections, si le 9 Thermidor est vécu par les personnages comme une délivrance, le roman ne condamne ni la Révolution ni les idéaux qu’elle défend ; au ridicule inquiétant de madame Lavalé, patriote fanatique, s’opposent la droiture et l’honneur du Conventionnel Philippeaux, Montagnard ami de Danton, qui incarne dans la fiction des vertus républicaines les plus pures – humanisme, loyauté, sens de la fraternité.

De nombreux épisodes du roman manifestent l’engagement de la romancière dans la défense des idéaux philosophiques et politiques des Lumières et de la Révolution, contre les préjugés d’Ancien Régime et l’obscurantisme qu’entretient l’Église. En route pour rejoindre l’armée, Hortense et Lavalé découvrent avec consternation les ravages qu’exerce un curé fanatique sur le hameau soumis à son autorité ; une jeune dévote est persuadée que son mari mort, dont le cadavre se décompose déjà (« Jam foedet », comme Lazare…), sera ressuscité au troisième jour par le prêtre : « Il faut qu’il n’ait jamais murmuré contre la religion pour que le miracle s’opère. Mais je suis bien sûre que mon mari n’est qu’endormi ; monsieur le curé me l’a assuré, et j’ai donné mon dernier sac de farine pour l’armée royale, en reconnaissance du service que ce saint homme me rend de rappeler mon mari à la vie » (p. 118). Quant aux émigrés rentrés dans leur patrie les armes à la main pour combattre la République, ils se trouvent abandonnés par ceux-là mêmes qu’ils défendent, sans trouver de réel appui chez leurs parents restés en France : madame de Roucheterre, sœur du marquis de Chabry, ne reconnaît pas sa nièce sous son déguisement de grenadier, et traite « avec beaucoup de froideur » (p. 116) ses hôtes pourtant tout dévoués à sa famille. La morgue aristocratique détruit jusqu’aux liens du sang.

Cette question des solidarités familiales[2] traverse tout le récit. Alors que les apologistes de l’Ancien régime évoquent volontiers la traditionnelle cohésion de la lignée, que l’individualisme issu de la Révolution mettrait en péril, Gacon-Dufour montre qu’au contraire c’est la République qui permet de refonder les liens familiaux sur la tendresse spontanée, l’affection mutuelle et la solidarité entre égaux. Dès sa naissance, Hortense est vouée à prendre le voile pour laisser tout l’héritage familial à son frère ; elle ne connaît même pas celui à qui elle doit ce sacrifice. Quant au marquis de Chabry, il rejoint l’armée des émigrés en abandonnant sans remords sa fille restée sans protection, et son fils désormais suspect. Les règles et pratiques d’Ancien régime ont abouti, dans les premières pages du roman, à une destruction complète des liens familiaux. Au contraire, la République permet les retrouvailles du frère et de la sœur, l’épanouissement d’une intimité joyeuse entre les jeunes gens, et finalement la conversion du père lui-même aux douceurs de la vie de famille. Parallèlement, la fin des préjugés de caste permet des unions heureuses, jusque-là impensables : née marquise, Hortense épouse son amant Lavalé, et son frère la vertueuse Dorothée, l’un et l’autre plébéiens.

La destinée de la petite orpheline Célestine est emblématique de cette ouverture des possibles. Née au village, fille naturelle d’une servante, l’enfant est promise au destin misérable de la petite Fantine dans Les Misérables. Adoptée et élevée par Hortense, elle naît à une nouvelle vie : répondant jusque-là à l’humble nom paysan de Mariette, elle s’appellera désormais Célestine, en signe de son nouveau statut familial et social. Le processus d’émancipation est d’ailleurs réciproque : en offrant à la petite fille une nouvelle destinée, Hortense apprend à coudre, premier pas vers l’autonomie et première victoire contre l’ennui (plus tard, en bonne lectrice de Rousseau, elle allaitera elle-même son propre bébé). Célestine se révèlera finalement la fille du marquis de Chabry, et donc la demi-sœur de l’héroïne : l’adoption lui permet de réintégrer la famille dont l’avaient bannie les préjugés nobiliaires et la morale hypocrite d’Ancien régime.

Il est révélateur que la dynamique d’émancipation dont témoigne la trajectoire d’Hortense ne se limite pas au cercle resserré de la pastorale, dans la petite ferme du village de J… où les personnages se réfugient loin des dangers de la capitale. Le roman ne cultive pas l’utopie d’une idylle à l’abri des violences de l’histoire : le frère d’Hortense, promis dès sa naissance à une carrière militaire, part combattre dans les armées de la République, où sa sœur le rejoint sous l’uniforme de grenadier. C’est sous ce costume que la jeune fille, comme avant elle les héroïnes de la Fronde, s’illustre au combat ; surtout, elle exerce des vertus traditionnellement considérées comme masculines : par l’éloquence de la sensibilité et de la raison, elle persuade un village de fanatiques de se convertir à la République ; lorsqu’elle retrouve son père, qui d’ailleurs ne la reconnaît pas, elle parvient à vaincre l’hostilité et la morgue du farouche émigré, et le réconcilie avec les valeurs de la Révolution.

Annonçant par certains aspects Nanon de George Sand [1872], Gacon-Dufour propose une intrigue résolument féministe, dont l’alacrité narrative n’émousse pas la portée subversive. C’est donc une excellente idée de publier, après le roman, un petit texte énergique et engagé : la réponse de l’écrivaine au Projet de loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes, de son ami Sylvain Maréchal. Olivier Ritz montre clairement, dans son introduction, que le Projet lui-même, comme la Réponse, constituent une stratégie éditoriale concertée entre les deux complices, pour lancer le débat sur l’éducation des filles[3] – un idéal révolutionnaire porté notamment par Condorcet, que la Premier consul est en passe d’enterrer durablement. Ce contexte explique d’ailleurs les ambiguïtés de la fiction : si Hortense exerce finalement sa liberté et ses capacités d’autonomie dans le seul cadre de sa famille, c’est que la société n’est pas prête à accorder aux femmes l’indépendance et l’autorité que seul lui a permise son uniforme de grenadier.

Roboratives, pleines d’inattendu et de rebondissements, les aventures d’Hortense offrent un démenti tonique à l’idée selon laquelle les années 1789-1802 seraient marquées par une forme de « sidération romanesque » interdisant la saisie en (presque) direct de l’événement. En reconfigurant la forme classique de la « nouvelle historique » en une quasi-fiction d’actualité, sans refuser les plaisirs propres au récit d’amour et d’aventures (rencontres miraculeuses, reconnaissances émouvantes, travestissements et changements d’identité…), Jeanne Gacon-Dufour mène son héroïne et ses lecteurs à la conquête d’une liberté à la fois intime et solidaire. Le bonheur au féminin, une idée neuve dans la France révolutionnaire ?…

                                                    Corinne Saminadayar-Perrin

                                        Université Paul-Valéry, Montpellier 3 / RIRRA 21

 

[1] Cf. Olivier Ritz, « La conquête de l’autonomie sentimentale dans les romans de Gacon-Dufour », Orages. Littérature et culture (1860-1830), n° 18, 2019, « Les révolutions de l’intime », p. 87-99.

[2] Cf. Claudie Bernard, Penser la famille au XIXe siècle (1789-1870), Presses universitaires de Saint-Étienne, « Le XIXe siècle en représentation(s) », 2007.

[3] Pour plus de détails sur cette affaire piquante, on consultera le passionnant article d’Olivier Ritz « Sylvain Maréchal était-il un “bouffon réactionnaire” ? », publié sur son carnet de recherche Littérature et Révolution, https://litrev.hypotheses.org/tag/gacon-dufour.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search